Accueil/Léonard de Vinci/Léonard, l’Art et l’Esprit

Léonard, l’Art et l’Esprit

Qu’est ce que l’Art ?

Ou plutôt, que sont les Arts ? Car il y a une multitude d’Arts.
Pour illustrer mes propos, j’ai choisi Léonard de Vinci, car l’Art et l’Esprit de ce Maître sont indissociables. Nous croyons tout connaître de ses œuvres et pourtant des surprises vous attendent… Au travers de ses œuvres, il nous livre un parcours initatique, avec des éléments dissimulés, cachés, ou plutôt, ayant un autre sens que le premier sens picturial.

Lire un tableau de De Vinci, c’est un peu comme faire de l’archéologie, voir au travers des multiples couches de peinture, des traits de crayon, et des dessins dans le dessin, SUIVANT SON DEGRÉ D’ÉVEIL.

Dans son “Traité de la Peinture”, il donne toutes sortes de conseils, de l’observation de la nature à la façon de mélanger ses couleurs. Pour lui, tout procède d’un Art.

Je parlerai peu de sa vie, mais plutôt de sa personnalité : outre le fait qu’il est universellement connu grâce à La Joconde et à l’Homme de Vitruve, cet homme a touché, a étudié tous les Arts possibles.

La définition, d’après le Larousse :

Art : ensemble des procédés, des connaissances
et des règles intéressant l'exercice d'une activité
ou d'une action quelconque.

Léonard de Vinci fut le premier artiste complet de tous les temps. Grâce à son esprit si ouvert pour l’époque, son Art brillait.

Quelques éléments de sa vie :

La vie de Léonard nous est connue par des biographes contemporains du Maître, tels Vasary, Giudicianni, Jove… des témoignages nous permettant de mieux cerner sa personnalité car certains de ces auteurs l’ont fréquenté.

Né en 1452 à Vinci, en Italie, Léonard était le fruit du péché entre un notable toscan et une femme probablement d’origine étrangère. Enfant illégitime, il grandit donc sans pouvoir accéder aux études, réservées aux enfants bien nés.

Il fut très vite passionné par la nature et ce qu’il découvrait dans cette toscane sauvage. Il commença à dessiner très jeune, et voulait expérimenter tout ce qu’il voyait. “Pourquoi…, comment…?” devait être sa principale préoccupation. Cette nature, qu’il n’aura de cesse de tenter d’apprivoiser par l’expérience et la connaissance.

A peine âgé de 10 ans, son père l’emmena dans le centre artistique européen, la MÈRE DES ARTS : Florence. Il entra dans la Bottega (atelier-école) de Verrochio, qui travaillait au service de Laurent de Médicis, où il fit son apprentissage auprès des plus grands Maîtres de l’époque. Michel-Ange, Raphaël sont aussi passé par cet atelier. Il y apprit aussi bien la sculpture, le dessin, la peinture, les mathématiques, car pour lui, TOUT ÉTAIT LIÉ.
C’est à 19 ans à peine qu’il réalisa son premier mélange de pigments et d’huile, technique qu’il mit au point pour inventer son fameux SFUMATO, impossible à réaliser avec la peinture à l’eau utilisé jusque là. Et cette technique ( où il employait ses doigts pour fondre les contours) allait faire de lui un génie dans la maîtrise de cet art.

Homme plein d’humour, il brillait en société : son habilité s’étendait à son verbe, poète, plein d’humour, il étonnait par sa prestance : très bel homme, fort, grand, sain, élégant et soigné, il était très demandé. Nous ne connaissons pratiquement rien de sa vie privée, si ce n’est une arrestation de jeunesse où il fut accusé, puis innocenté, pour homosexualité, mais rien ne permet d’affirmer quelles étaient ses préférences. Nous ne lui connaissons ni femme, ni enfant, uniquement deux beaux et jeunes élèves qui l’accompagnèrent au long de sa vie, un certain Salaï qu’il surnommait le petit diable, et Francesco Melzi à qui il légua la plupart de ses œuvres.

Pour en savoir plus sur sa vie, je vous conseille la lecture de l’un de ces 3 ouvrages
qui vous feront voyager de Vinci à Florence, de Milan au Clos Lucé…
Serge Bramly, Joseph Giudicianni et Frank Zöllner.

3bios-leonard

 

Le syndrome de l’inachevé

L’Art pour l’Art n’existait pas encore en cette fin du XVè siècle. Il fallait honorer, dans des délais, des commandes. Mais ça, Léonard, il n’a jamais su le faire. Un peu par rébellion, mais surtout parce qu’insatisfait chronique, il tentait d’améliorer sans cesse son ouvrage, et ses critères de perfection souvent inatteignables.

Un tableau promis en 7 mois lui prit… 25 ans : La Vierge aux Rochers, dont je parle dans un autre article. Comment, dans ces conditions, être capable de remettre son travail dans les délais ? (Là, la freelance que je suis compatis !)

esquisses-5tetes

Etude de têtes pour Judas

Judas-etude

Dessin préliminaire tête de Judas

Il n’existe qu’à peine une trentaine d’œuvres connues à ce jour et identifiées comme étant de sa main.

En revanche, il fut beaucoup plus productif dans ses esquisses, ses études, ses dessins anatomiques, et bien entendu ses innombrables dessins techniques dans des domaines encore inconnus à l’époque. Il créa des machines incroyablement sophistiquées techniquement, démontrant par là ses hautes connaissances de la mécanique.

Mais ce serait trop long de décrire tous les travaux de cet homme, 10 000 pages de codex.

C’est dans sa peinture que Léonard a commencé beaucoup d’œuvre sans les achever.
Sa technique, le sfumato demande en effet, beaucoup de technique certes, mais aussi beaucoup de temps car cette nouvelle texture à base d’huile, qui permet cet effet, est très longue à sécher. C’est sur de petites surfaces que Léonard était le plus à l’aise.
Il eut une mauvaise expérience avec la commande de Ludovic Sforza, “la Cène”. Une des raisons pour lesquelles ce tableau s’est si vite dégradé est que Léonard ne pouvait pas préparer son support mural de grandes dimensions comme ses petits tableaux.
Il tenta différents mélanges sans parvenir à trouver une solution. Mais ce sera quand même ce tableau qui, terminé, fit l’admiration de tous et son renom.
Réprimandé pour son retard, il invoqua le prétexte de ne pas avoir trouvé de personnages modèles pour Judas. Il passait des journées dans la rue, au marché, partout où il pouvait trouver inspiration pour ses personnages.

Jamais satisfait.

Il finissait peu de tableaux mais le moindre de ses coups de pinceaux était mûrement réfléchi.

Comment cet artiste a alors réussi à hisser au rang de symbole universel un simple portrait…? Parce que La Joconde, comme les autres portraits de Léonard, n’est pas que cela. Elle regarde quelque chose qui est en nous, dans notre passé. L’enfant que vous avez été, comme une mère regarde son enfant. Ce petit tableau, qui lui a pris des années, ne sera jamais livré. Il traversera les Alpes en compagnie de son auteur pour venir en France, retrouver son nouveau mécène, François 1er.

Quelques éléments de son œuvre

Léonard a écrit toute sa vie des milliers de pages, ses fameux codex, dans les lesquels il nous livre une véritable encyclopédie mais sans table des matières !
En effet, il a touché à de très nombreux domaines, que j’aborderai et enrichirai au fur et à mesure.

  • la sculpture(le cheval, entre autre), l’architecture
  • les mathématiques
  • la médecine
  • la musique (il était également excellent chanteur !)
  • l’ingenierie
  • les sciences naturelles, les sciences hydrauliques
  • la philosophie….

et j’en oublie certainement !

Jamais aucun artiste ne fut aussi précurseur et visionnaire. Si certaines de ses machines avaient été fabriquées à l’époque, nous aurions certainement gagné 2 ou 3 siècles d’innovations technologiques…

Regarde la lumière et admire sa beauté.
Ferme l'œil et observe.
Ce que tu as vu d'abord n'est plus et ce que tu verras ensuite n'est pas encore.

Je reviendrai sur l’esprit du peintre, car outre sa peinture, cet homme est également connu pour son humanisme et fit sortir ses contemporains des ténèbres des préjugés.

D’autres articles arrivent sur ces points précis.

2016-10-24T17:55:42+00:00